Le Médecin Ostéopathe

Le médecin ostéopathe un ostéopathe à part :

• Il a déposé son diplôme à son Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins, ce qui l’autorise à pratiquer la médecine manuelle ostéopathie et de l’inscrire sur sa plaque et ses ordonnances.

• Il en a fait de même à l’ARS (agence régionale de santé), ce qui l’autorise à l’usage du titre d’Ostéopathe.

• Le médecin ostéopathe est tenu par sa déontologie. 

  • Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit (article 5).
  • Dès lors qu’il a accepté de répondre à une demande, le médecin s’engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel, s’il y a lieu, à l’aide de tiers compétents (article 32).
  • Le médecin doit toujours élaborer son diagnostic avec le plus grand soin, en y consacrant le temps nécessaire, en s’aidant dans toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées et, s’il y a lieu, de concours appropriés (article 33).

• En pratique, le médecin ostéopathe est tenu au diagnostic médical et il ne peut être un simple exécutant même sous indication d’un de ses confrères.  Ceci le place à part parmi les professionnels autorisé à l’usage du titre d’ostéopathe. Tous les autres professionnels sont tenus de respecter les signes d’alerte et les drapeaux rouges. C’est dire qu’ils doivent se limiter à la sémiologie, mais il faut le souligner ici que ce n’est déjà pas une mince affaire. Dès l’identification d’un ou plusieurs de ses signes, qui viendra (on)t constituer un drapeau rouge, ils devront immédiatement passer la main au médecin.

• Cela permet de comprendre l’intérêt d’un enseignement spécifique en regard de ces prérogatives différentes d’une qualification à l’autre.

• Le médecin pour accéder à son titre de Docteur en médecine déroulera un parcours universitaire en trois cycles qui les formera au diagnostic et à la thérapeutique médicales. Il apprendra parallèlement grâce à un enseignement spécifique adapté délivré la plupart du temps à l’université le diagnostic ostéopathique et les différents thérapeutiques ostéopathiques, sans oublier de développer le lien de globalité.

• À côté de cela, les autres professionnels devront acquérir les éléments sémiologiques médicaux qui leur permettront d’éviter des pertes de chance pour leurs patients avant de se livrer à leur art ostéopathique.

• Dans ce registre, les médecins qui enseignent dans les écoles d’ostéopathie, qu’ils soient médecins libéraux ou universitaires, devront s’astreindre à formater leur enseignement pour atteindre l’objectif qui leur est assigné, protéger les patients.